יֵשׁוּעַ הַמָּשִׁיחַ בֶּן־דּוִד

הַמֶּלֶךְ



נָבִיא אָקִים לָהֶם מִקֶּרֶב אֲחֵיהֶם כָּמוֹךָ וְנָתַתִּי דְבָרַי בְּפִיו וְדִבֶּר אֲלֵיהֶם אֵת כָּל־אֲשֶׁר אֲצַוֶּנּוּ


לעלוי נשמת

Karen Yemima bat Rosa Cecilia

Yael Yekutiel

Erez Orbach

Shir Hajaj

Shira Tzur

רפואה שלמה

Lizzie bat Sarah


vendredi 5 octobre 2018

Communiquer avec les morts ?


Communiquer avec les morts ?

Une des 613 mitsvot de la Torah consiste à ne pas chercher à communiquer avec les personnes décédées, comme il est écrit :

"Qu'on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d'astrologue, d'augure, de magicien, d'enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts" Dévarim/Deutéronome 18:10-11)

Aleph Divréi Hayamim/1 Chroniques 10:13 nous rapporte également que le roi Shaoül fut coupable d'adultère spirituel, puisqu'il interrogea le prophète Sh'mouel/Samuel alors qu'il était déjà décédé.

Cependant, nous voyons par contre que Rabbi Yéshou'a parla avec Eliyahou le prophète et Moshé/Moïse notre Maître (Matityahou/Mathieu 17). Eliyahou n'étant pas mort comme les autres hommes, il devient donc aisé de comprendre son apparition au Messie. Néanmoins, la Torah stipule clairement que Moshé est mort, et qu'il a été enterré par HaShem. Or, nous voyons Yéshou'a parler avec lui lors de sa transfiguration !

Il y aurait donc ici une transgression de la Torah, puisqu'il parle avec un mort !

De même, tout au long de l'histoire du peuple Juif, beaucoup de grands Maîtres d'Israël ont étudié la Torah avec le prophète Eliyahou, mais également avec d'autres grands Maîtres des Temps passés. Par exemple, le Ba'al Shem Tov (18ième siècle en Europe) étudiait la Torah avec...Ahiya Ha'chiloni, le Rabbi d'Eliyahou le prophète, aux temps bibliques (Aleph Mélakhim/1 Rois 11:30) ! Le 'Hida, il y a quelques siècles, avait vu le Roi David qui était descendu des Mondes supérieurs pour un sujet de compréhension de la Torah, et plus proche de nous, le grand-père du Rav Shalom Eliyashiv étudiait souvent la nuit avec des Maîtres qui « redescendaient » du Gan 'Eden !

Comment comprendre cette apparente contradiction ?

Premièrement, il faut remettre le verset de la Torah dans son contexte, ce qui est très important, puisque comme l'histoire nous l'apprend, des religions entières se sont bâties sur des passages hors contexte, surtout en ce qui concerne Paul.

L'interdiction de parler avec des morts se situe dans le contexte des peuples débauchés et violents d’Égypte et de Kanaân (Canaan), qui pratiquaient cela avec les arts magiques, la débauche sexuelle, etc. Cela était fait avec la présence de mauvais esprits et de démons.

Deuxièmement, il convient de définir ce que la Torah appelle un « mort ». Rabbi Yéshou'a nous enseigne que tous ceux qui marchent dans la Torah comme lui « sont vivants, même si ils sont morts ». Cela signifie que même morts physiquement, aux yeux d'HaShem, ils sont considérés comme toujours vivants. De même, en accord avec le Talmud, il parlera des « morts qui enterrent les morts ». Or, la Guémara précise que sont appelés « morts » de leur vivant : un aveugle, une personne sans enfant, un pauvre, et un lépreux. Le Roi Messie rapporte également que les Pères d'Israël (Avraham, Yitshaq et Ya'aqov) sont vivants pour HaShem. Et effectivement, il existe des histoires, assez proches de nous dans le temps, de Juifs, surtout en Israël, qui ont vu Avraham dans leur synagogue. De même, beaucoup de soldats de Tsahal lors des dernières guerres, soldats (précisons-le) athées, qui ont affirmer devant beaucoup de monde qu'une femme les avait sauvé de beaucoup de pièges posés par les Arabes dans Gaza. Elle disparaissait puis réapparaissait ailleurs pour aider un autre groupe. Quand les soldats lui ont demandé son nom, elle leur a répondu qu'elle était Rahèl leur mère (Rachel, la mère de Yossef et Binyamin dans la Bible) !

Autre histoire vraie, à New York, il y a plusieurs années, un Juif en-dehors de la Torah était allé s'adresser à une diseuse de « bonne aventure » pour savoir certaines choses le concernant. Celle-ci l'a observé puis lui a dit : « pourquoi venez-vous me voir ? Votre Rabbi à New York est beaucoup plus puissant que moi, je ne peux rien faire » !

A première vue, cette histoire peut choquer : comment une femme sous la croupe du satân peut-elle parler ainsi d'un Rabbi, « presque » avec respect ?

En vérité, les hommes ayant atteint une très grande stature spirituelle, par leur sanctification et purification, impose même le respect chez les mauvais esprits, les « démons », et ceux qui les servent. Nous voyons dans la B'rit Hadasha que des esprits mauvais disaient : « nous connaissons Yéshou'a, et nous savons qui est Shaoul, mais vous, qui êtes-vous ? »
Nous pouvons sentir une certaine crainte qu'ils avaient d'eux, par rapport à leur stature spirituelle.

De même, quand Moshé devait mourir, le Midrash raconte que l'ange de la mort lui-même n'arriva pas reprendre son âme, tant le libérateur d'Israël avait atteint un tel niveau spirituel ! L'ange de la mort dû s'enfuir devant Moshé, et Seul le Créateur été « en mesure » de prendre son âme !

En conclusion, les personnes qui atteignent un niveau de purification et de sanctification phénoménal, sont capables de « voir » le monde Futur, alors qu'ils sont encore présents dans ce monde, et de parler avec ceux qui sont « toujours vivants » quoique morts « physiquement ». Yéshou'a, tous comme ses frères les Maîtres d'Israël, quand ils parlent avec Moshé, des prophètes ou autre, ne transgressent donc aucun interdit de la Torah, puisque ce phénomène est « intrinsèque » à leur niveau.

Ainsi, un grand Maître d'Israël, le Messie en premier, peuvent parler avec ces « morts physiques » qui sont toujours, en vérité, vivants. Ou encore, pour des raisons connues du Créateur Seul, certains peuvent redescendre dans ce monde pour aider des vivants, comme un ange serait aussi envoyer.

Il en va s'en dire qu'aucun d'entre nous ne possède le niveau du Messie ou d'un Maître, pour pouvoir parler avec Moshé ou un autre Tsadik, Juste, de l'histoire ! Ce qui signifie que tous contacts avec les morts est, bien entendu, strictement interdit à nos niveaux, puisque ce serait le rechercher, or là se trouve l'interdit de la Torah !

Vivons en marchant « humblement avec notre E.lohim », sans chercher à percer le voile qui nous sépare de ceux qui ont fini leur course dans ce monde. Si un jour vous arrivez au niveau spirituel d'un Maître authentique d'Israël, alors c'est HaShem Lui-même qui vous dévoilera cela. Ou si vous méritez une aide spéciale comme ces soldats. Mais cela reste des cas très rares, non recherchés par les personnes (qui sont à notre niveau). Tout le reste est strictement interdit.

Shabbat Shalom !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.